Les solutions pour éviter les auréoles sous les bras en chemise formelle quand tu es encore au bureau


Avant la plage, il y a encore le bureau et c'est la période où tu vas avoir peur de tomber la veste tout en faisant semblant de ne pas mourir de chaud - non, tout le monde n'a pas la clim au bureau et il y a également les moments où tu es dehors car tu as une vie - pour ne pas dévoiler les sublimes auréoles sous les bras malgré ton surpuissant anti transpirant, déo et cie, te dépossédant de la confiance que te confèrent ton style et tes vêtements. 

Certains peuvent aller au travail en claquettes mais pas toi, alors que faire ? 

Comme des Jedi, c'est le moment où l'on intervient pour t'apporter la solution. 

Non, pas une en fait, mais deux car nous sommes bienveillants, si, si. 

Le choix de la texture tout d'abord pour pallier les problèmes liés à la chaleur. Un tissu léger par le choix du grammage principalement ou un tissu aéré par la spécificité du tissage, comme certains Oxford qui peuvent être très aérés, mais cette texture appartient plus au vestiaire casual comme notre Edition 747

Pour conserver ton style formel, nous avons choisi une popeline fine très élégante avec des fils fins mais tissés bien resserrés sans être étouffante. 

Le rendu est une popeline formelle avec beaucoup de tenue mais légère. 

Le second point, est le choix du motif. Et oui, l'été c'est la période du vichy qu'on le veuille ou non. 

Un motif frais, agréable, cocon, propret avec un peu de pep's tout en restant formel mais que tu pourras plus facilement monter sans veste :) 

C'est tout ce que l'on voulait pour apporter fraîcheur, pep's et légèreté pour l'une des tes chemises formelles de l'été avec l'Edition 6 Oxence

La confection Oxence conserve les éléments qui sont pour nous essentiels et évidents avec les coutures anglaises, les baleines amovibles, les boutons montés sur pied cousus en zampa di gallina, le décalage de confort sous l'épaule, le dernier bouton horizontal. 

#becotemporary #beminimal #stayfresh

Les Esthètes contemporains 


Laissez un commentaire